Projet de loi de finances 2018 pour le ministère des Armées

Posté par administrateur le 24 janvier 2018

fichier pdf Projet de loi de finances (PLF) 2018

Publié dans Infos | Pas de Commentaire »

Insignes de la BA 125 et de ses unités

Posté par smpd le 5 octobre 2017

-

Un petit diaporama concernant les différents insignes de la base aérienne 125.

-

-Ici-

-

-

Si vous voulez plus d’insignes, d’avions et beaucoup d’autres informations

sur l’armée de l’air, cliquez sur l’insigne ci-dessous et fouillez:

Insigne 1939

-

Publié dans Infos | Pas de Commentaire »

Exposition Les Ailes te portent

Posté par administrateur le 12 décembre 2016

7189ef_8cc3caa84f3c47cea072f70489679a0f

Exposition de peinture de Jean-François Muller à Marseille du 2 décembre 2016 au 4 janvier 2017, sauf les 14, 15 et 16 décembre 2016.

Affiche ci-jointe.

Venez nombreux.

fichier pdf Affiche expo Les Ailes te portent 2

 

Publié dans Infos | Pas de Commentaire »

Valeur du point d’indice de pension militaire d’invalidité – arrêté du 6 septembre 2016

Posté par administrateur le 7 septembre 2016

fichier pdf 1741 – Fiche Valeur point d’indice PMI – Arrêté du 6 sept- 2016 (2)

Publié dans Infos | Pas de Commentaire »

Les principales restructurations du ministère de la Défense en 2016

Posté par administrateur le 12 avril 2016

image

Le Livre blanc sur la défense et la sécurité nationale publié en 2013 a défini un nouveau modèle d’armée, adapté aux ambitions, au contexte stratégique et à la situation des finances publiques.

 Le texte de la loi de programmation militaire voté pour les années 2014 à 2019 a établi les moyens d’aboutir à cet objectif. Ce modèle rénové nécessite des réductions d’effectifs et des réorganisations au sein des armées.

 Une déflation progressive des effectifs a été mise en place de manière à atteindre le format arrêté à l’horizon 2020. Par ailleurs, des mesures de restructuration échelonnées sur l’ensemble de la période de programmation militaire s’avèrent nécessaires pour atteindre cet objectif. Celles-ci consistent en des mesures de création, de réorganisation, de mutualisation, de fermeture d’implantations militaires et de transferts d’unités.

 Le début de l’année 2015 a vu la concrétisation brutale, soudaine et simultanée des menaces identifiées par le Livre blanc en 2013. Celles-ci ont rendu nécessaire une mobilisation de nos forces à un degré très élevé, engageant les soldats français massivement et de manière inédite sur le territoire national, alors que ceux-ci l’étaient déjà dans de nombreuses opérations extérieures.

 Face à cette situation, un remaniement des structures et des forces vives du ministère s’est avéré nécessaire. Le Président de la République a demandé en conséquence une actualisation de la loi de programmation militaire, conformément aux dispositions insérées dans le texte à cet effet.

 Le projet de loi, s’il demeure conforme à la ligne définie par le Livre blanc, prévoit néanmoins une série d’aménagement des forces armées destinée à donner au ministère de la Défense les moyens de répondre aux défis sécuritaires qui se sont amplifiés en ce début d’année 2015.

 Manœuvre complexe, la réorganisation du ministère a acquis en 2015 une dimension stratégique nouvelle : assurer une réponse suffisante et efficace aux menaces pesant sur la sécurité des Français, tout en garantissant à l’horizon 2020 l’atteinte des objectifs du nouveau modèle d’armée simplifié, rationnel et cohérent.

 Ce nouvel enjeu a marqué les décisions prises par le ministre de la Défense pour les restructurations actées en 2016. Celles-ci ont été pensées en cohérence avec les projets spécifiques définis par les armées, notamment le nouveau modèle de l’armée de terre « Au contact », le plan de la marine nationale « Horizon Marine 2025 », le plan de l’armée de l’air « Unis pour faire face » ainsi que les projets portés par les directions et services (service de santé des armées, service du commissariat des armées, service interarmées des munitions…).

 L’aménagement du territoire demeure un critère d’importance. Les restructurations seront effectuées dans le souci de la situation de l’ensemble du personnel de la Défense et de leur famille, ainsi que celle des territoires et du tissu local économique et social.

 

Publié dans Infos | Pas de Commentaire »

Avalanche à Valfréjus: mort de cinq militaires

Posté par administrateur le 19 janvier 2016

Insigne_2e_régiment_étranger_de_génie

Le ministre de la Défense Jean-Yves Le Drian s’est rendu mardi après-midi en Savoie où cinq légionnaires sont morts lundi dans une avalanche alors qu’ils s’entraînaient en ski de randonnée à Valfréjus.

 Âgés de 21 à 33 ans, il s’agissait d’un Français, d’un Italien, d’un Népalais, d’un Moldave et d’un Albanais, a précisé la Légion. Huit autres militaires ont été blessés, dont deux retrouvés en état d’hypothermie le sont plus grièvement.

Ils ont été hospitalisés à Grenoble et Saint-Jean-de-Maurienne où le ministre leur a rendu visite après s’être recueilli devant les dépouilles de leurs compagnons d’arme.

Le ministre a ensuite tenu une conférence de presse à Valfréjus où il a reconnu que «l’entraînement militaire, il faut le rappeler, comporte nécessairement des risques, surtout dans des milieux comme la montagne qui peut être un milieu hostile». Après avoir rendu hommage aux victimes, il a estimé que l’enquête ouverte par le parquet d’Albertville devra établir «si les risques pris hier (lundi) ont été appréciés avec les précautions qui doivent s’imposer».

«C’est l’ensemble de la Défense et au-delà, toute la Nation, qui est touchée lorsque plusieurs des siens se retrouvent ainsi frappés dans le cadre de leur mission» a conclu Jean-Yves Le Drian.

Les militaires, qui évoluaient en dehors du domaine skiable de la station, étaient équipés de détecteurs de victimes d’avalanche. Ils ont été surpris par une coulée lundi vers 13h50 au-delà de 2.000 mètres d’altitude alors qu’ils participaient à un exercice avant de partir en opération. Au total, treize skieurs dans un groupe d’une cinquantaine de militaires ont été emportés.

Source : logo

 

Publié dans Infos | Pas de Commentaire »

RESTUCTURATION DES ARMEES 2016

Posté par administrateur le 15 août 2015

fichier pdf Restructurations 2016

Publié dans Infos | Pas de Commentaire »

NOTRE PATRIE, C’EST ÇA ! (discours du Général Alexandre Lalanne-Berdouticq)

Posté par administrateur le 15 août 2015

Général Alexandre Lalanne-Berdouticq

« Après ces dix huit jours inoubliables à travailler ensemble, à vous forger des amitiés dont certaines seront définitives, à voir les choses différemment, voici ce que, comme votre entraîneur et un peu ouvreur de voie, je voudrais vous dire en toute liberté bien sûr et avec mon franc-parler habituel !

 

« Le monde est complexe et dangereux.

« Il est loin des blocs que nous avons connus des décennies durant, aussi bien que de la fin de l’histoire que l’on nous annonçait voici vingt ans, et encore plus loin de la paix définitive qui aurait permis d’engranger les dividendes de la paix chers à des hommes à la courte vue.

« Ce monde, notre monde, reste dangereux. Comme les prophètes que personne n’écoutait dans les années 1930, je ne cesse de dire que le décuplement des dépenses militaires en Extrême-Orient depuis dix ans devrait nous inciter à mieux surveiller les diminutions insensées que subissent les nôtres. Dans l’Histoire en effet les mêmes causes produisent les mêmes effets et il y a donc tout à craindre des abandons qui se produisent chez nous.

« Mais encore faudrait-il voir le monde comme il est et non comme beaucoup voudraient qu’il soit.

« Méfions-nous du prêt à penser. Il est presque toujours faux et ordonné à des fins peu recommandables.

« Non le Kosovo n’est pas meilleur après la campagne qu’y ont conduite les alliés en 1999, montée suite à une incroyable guerre d’intoxication médiatique diabolisant les Serbes et présentant les Albanophones comme des anges persécutés…« Il en résulta la fondation du premier pays presque totalement mafieux ducontinent européen, dont la population originelle, serbe, a été sans pitié chassée dechez elle dans le silence des médias ; ses monastères détruits et ses maisons incendiées.

« Non l’Afrique d’aujourd’hui ne vit pas mieux que du temps de la colonisation, à commencer parce que l’esclavage (personne ne le dit) et les massacres ethniques sont repartis de plus belle et que bien des États officiellement constitués sont en faillite aussi bien financière que politique.

« Non la Libye d’aujourd’hui n’est pas meilleure que celle d’hier, puisque au demeurant elle n’existe tout simplement plus, et que son tyran a été remplacé par d’autres, en plus grand nombre.

« Non la démocratie occidentale n’est pas applicable à tous les continents et à tous les pays. D’abord parce que ce n’est pas un système unique (voyez comme la nôtre est différente de celle des États-Unis ou d’Israël, ou bien encore de la Grande-Bretagne) ; ensuite parce que ce système politique ne peut s’épanouir qu’au sein de peuples voyant la personne comme un individu et non comme une partie d’un tout (société personnalistes contre sociétés holistiques)

« Dans les grandes questions du monde n’oublions jamais de considérer le paramètre démographique. Il est capital et le silence des médias et des analystes sur ces sujets en dit long sur l’aveuglement – qui ne peut qu’être volontaire – de nos élites autopro clamées.

« Ainsi, quel est l’avenir de l’Allemagne, qui aura perdu sept millions d’habitants en 2030 et se verra peuplée en grande partie de ressortissants d’origine turque ? Sera-t­elle-la même ?

« On sait que l’islam confond la sphère publique et la sphère privée en refusant absolument de distinguer « Dieu » et « César ». Or, cette distinction est à la base même des systèmes démocratiques.

« Enfin, oublie-t-on qu’une population peut être chassée de chez elle, ou se voir remplacée par une autre, les autochtones se retrouvant alors comme étrangers sur leur propre sol ?

« Sans remonter à la diaspora juive du premier siècle, pensons aux Coptes d’Égypte, aux chrétiens de Turquie et d’Asie (20% de la population en 1900 alors qu’ils sont aujourd’hui 0,02%, soit mille fois moins) ou bien encore aux Serbes du Kosovo, déjà cités (90% de la population en 1900 et moins de 10% aujourd’hui) !

« Hors les idéologues, qui peut être assuré qu’en France, nous sommes à l’abri de tels phénomènes ?

« Refuser d’examiner la question sous couvert de mots en -isme est singulièrement irresponsable.

« Or, entendons nous que l’on pose cette question ? – Non !

« Considérons aussi l’incroyable effondrement démographique de nos voisins Italiens et Espagnols et tentons d’imaginer ces deux pays dans trente ans ! Il n’est de richesse que d’hommes, dit le proverbe.

« Que sera la civilisation occidentale si, dans trois siècles, des touristes visitent nos cathédrales sans que personne ne puisse leur expliquer le sens d’un Christus pentocrator dont ils contempleront la sculpture sur le tympan, ainsi que cela se passe pour les églises de Cappadoce, alors que plus aucun chrétien ne vit aux alentours ?

« Rien n’est définitif dans l’histoire des hommes, pas plus le tracé des frontières que les peuples qui s’abandonnent et doutent d’eux-mêmes.

« Enfin, cessons de nous croire à l’abri des menaces militaires au motif que nous possédons d’admirables sous-marins nucléaires.

« La guerre est bien de retour et le fracas des combats des Balkans, maintenant assourdi, nous rappelle qu’elle peut s’inviter dans des contrées européennes très proches, et pourquoi pas chez nous ? Qui peut ignorer que si tout le monde (tout le monde, sauf nous !) réarme sur la planète, c’est bien pour quelque raison !

« Et l’Europe, direz-vous !

« Fort bien, mais l’Europe n’est sur le plan militaire qu’une addition de faiblesses, vous le savez. Ajouter des faiblesses à d’autres faiblesses n’a jamais constitué une force mais bien une faiblesse plus grande encore !

« Comme le disait, je crois, Roosevelt au moment de la Grande Dépression, puis au début de l’engagement américain dans la 2ème Guerre Mondiale, « Ce que nous devons craindre le plus au monde, c’est la peur elle-même ». Or, l’histoire nous enseigne que les populations qui ont peur de la mort sont celles qui disparaissent de la surface du globe.

« Notre manière d’évacuer la mort de la vie sociale est effrayante en elle-même, car un jour ou l’autre nous devrons combattre pour notre vie, et donc la risquer. Ne pas s’y préparer c’est nous assurer de perdre cette vie à coup sûr.

« Cela s’appelle la lâcheté, qui n’a jamais attendri aucun adversaire déterminé ; jamais, bien au contraire !

« Rappelons-nous avec honte que certaines erreurs peuvent être commises puis recommencées : la République naissante déclara la guerre illégale en 1791 et se trouva en conflit avec l’ensemble de ses voisins deux ans plus tard. En 1928, à la Société Des Nations, cet ancêtre de l’ONU, le Pacte Briand-Kellog déclara la guerre criminelle à la face du monde. Onze ans plus tard aussi bien la France que la Grande-Bretagne étaient acculées à une mobilisation générale dans des conditions désastreuses, pour aboutir à ce que l’on sait : l’occupation de toute l’Europe sauf la Suisse, et aussi les camps de concentration. Nous n’avions pas voulu lire Mein Kampf, non plus que méditer les pensées de Lénine et voir les camps soviétiques, qui mèneraient l’un à Katyn et l’autre à Treblinka ou Sobibor.

« Enfin, je voudrais insister sur le sens des mots. Discutant avec plusieurs d’entre vous pendant la session j’ai une nouvelle fois constaté que les mots n’avaient souvent pas le même sens pour l’un et pour l’autre. Je pense à un échange récent sur le mot République dont mon partenaire me disait que Pour lui la république c’était…

« Or, là est le danger : nous n’avons pas à dire que pour nous un mot veut dire telle chose ; nous devons au contraire nous référer à sa  définition exacte sinon plus  aucun échange n’est possible. (Voir l’article de Luc Sommeyre : LE MAL DES MOTS.)

« Reprenant l’exemple de la République, je lui disais que celle-ci se définit par trois critères et seulement trois : un gouvernement collégial qui obéit à des lois et dont le mode de succession n’est pas dynastique. Un point c’est tout !

« La République romaine était-elle démocratique ? Non ! Mais c’était tout de même une République.

« Donc, ne confondons pas les mots les uns avec les autres. Ainsi de la Démocratie , qui peut parfaitement trouver sa place dans un système monarchique comme en Grande-Bretagne et ainsi de suite.

« À notre époque où le dialogue semble érigé à la hauteur de vertu et de principe cardinal des relations sociales, travaillons donc à ce qu’il qu’il soit possible au travers de mots employés dans leur juste sens. Nous aurons alors fait un grand pas vers la clarté et de saines relations interpersonnelles.

« J’insiste : cette question de la précision du vocabulaire est absolument essentielle si l’on y réfléchit bien.

« En conclusion :

« Il nous faut chasser l’idéologie, quelle qu’elle soit, de droite ou de gauche. C’est une maladie mortelle de l’esprit car elle fait voir la réalité au travers de systèmes d’idées, qui sont autant de lunettes déformantes.

« À l’idéologie il faut opposer le principe de réalité qui veut que les choses soient ce quelles sont, que cela nous plaise ou non. Alors on peut agir en espérant ne pas trop se tromper.

« Il n’y a pas de bons camps de concentration (cubains, nord-coréens, chinois) dont on ne parle jamais, et de mauvais, les nazis, dont il faut sans cesse se souvenir.

« Il y a eu et il y a des camps de concentration où des innocents sont morts et meurent encore dans des conditions atroces.

« Il n’y a pas l’antisémitisme, évidemment condamnable, des néonazis, et sa variété excusable, celle des islamistes, qui est passée sous silence.

« Il y a l’antisémitisme (qui d’ailleurs est un antijudaïsme), un point c’est tout.

« Au nom de quoi devrait-on condamner l’islamophobie si l’on ne le fait pas de la papophobie ou de la christianophobie ? A-t-on vu un Chrétien chaldéen ou un melchite se faire sauter dans une mosquée d’Irak ? Un seul ? Dès lors, comment mettre sur le même pied les intégrismes ?

« Il existe quand même une différence de nature entre un zélateur d’Al-Qaeda et un Mormon, je crois.

« Distinguer souverainement le bien du mal, ne pas mettre à égalité le bon et le mauvais s’appelle aussi : Liberté.

« Il nous faut être convaincus que la France est et reste une grande puissance. Du moins si elle continue de le décider.

« Aujourd’hui, combien de pays ont-ils une représentation diplomatique dans le monde comparable à la nôtre ? Un seul.

« Combien de pays disposent-ils de sous-marins lanceurs d’engins totalement conçus, fabriqués, maîtrisés par leur gouvernement national dans le monde ? Trois, et pas la Grande-Bretagne.

« Combien de pays disposent-ils de porte-avions de premier rang à catapulte avec une flotte aérienne adaptée, moderne et entraînée ? Deux.

« La France est au premier rang de toutes les grandes négociations mondiales, elle dispose d’un siège de membre permanent au Conseil de Sécurité de l’ONU, ses avions volent dans tous les cieux de la planète. Elle est au premier rang de la technique, de l’art, de la littérature.

« Elle est au premier rang des pays possédant un patrimoine multiséculaire, admirable et entretenu.

« Elle est au premier rang de certains travaux de recherche, elle inonde une partie du monde de son rayonnement culturel, artistique, commercial, d’influence, et ce depuis neuf siècles sans discontinuer !

« Quand la France parle, on l’écoute, parfois on la jalouse et on la brocarde de temps en temps, mais on l’écoute et son message est souvent reçu.

« Cependant… restons modestes et cessons de donner des leçons au monde entier, car, comme d’autres, nous n’avons pas que des qualités. Le blanc de notre drapeau n’est hélas pas immaculé. Nous avons aussi de graves défauts : nous sommes souvent arrogants, légers, hâbleurs, désunis, insupportables.

« Nous voulons répandre les Droits de l’Homme sur le monde, mais nous avons inventé le génocide sous le terme de populicide, puis l’avons mis en œuvre en Vendée en 1793. Nous sommes (avec raison) pour la tolérance religieuse, mais… des Dragonnades de Louis XIV aux baptêmes républicains de Carrier à Nantes ou aux lois d’Emile Combes en 1905, nous savons aussi persécuter nos concitoyens pour leurs convictions religieuses…

« Cependant et tout bien considéré, soyons fiers de ce que nous sommes, mais avec mesure.

« Soyons fiers de notre héritage multiséculaire, en ayant conscience de ce que nous sommes les débiteurs insolvables des richesses léguées par nos ancêtres.

« Nous ne pourrons jamais rembourser cette dette, qui nous oblige.

« Mais soyons aussi convaincus que cet héritage est fragile et peut s’effondrer en quelques années, voire quelques mois si des événements dramatiques venaient à se produire et auxquels nous n’aurions pas fait face à cause de notre impréparation, de notre inconscience, ou par inconsistance ou imprévoyance.

« Voyez comme s’est écroulé l’Ancien Régime en quelque semaines, ou encore le Tsarisme, le Communisme, la Vienne impériale, sans parler des Empires romain, moghol, khmer ou aztèque…

« Ce formidable patrimoine, notre patrimoine (matériel et immatériel) est fragile et se trouve entre nos mains.

« Alors restons vigilants et combattons les idées dangereuses pour l’avenir, tout en travaillant d’arrache-pied à l’unité de notre nation, qui en a de jour en jour plus besoin.

« Nous savons de mémoire séculaire, depuis Bouvines pour le moins, que la France unie est victorieuse des défis.

« Désunie elle se dissout et, qui sait, pourrait disparaître. « Cela ne se doit pas. »

Général Alexandre Lalanne-Berdouticq

Publié dans Infos | Pas de Commentaire »

Pension militaire d’invalidité

Posté par administrateur le 16 avril 2015

pens

 

Quelques informations concernant la Pension militaire d’invalidité :

fichier pdf 150211 – O.FROT PMI

Liens utiles :

http://www.defense.gouv.fr/sga/le-sga-a-votre-service/monde-combattant/pension-militaire-d-invalidite/pension-militaire-d-invalidite

http://www.pensions.bercy.gouv.fr/vous-%C3%AAtes-actif/linvalidit%C3%A9/la-pension-militaire-dinvalidit%C3%A9

http://codes.droit.org/cod/pensions_militaires_invalidite_victimes_guerre.pdf

Publié dans Infos | Pas de Commentaire »

Le Bleuet de France

Posté par administrateur le 7 janvier 2015

 

10402782_816166195072402_4510251167722055720_n

 

Qu’est ce que le Bleuet de France ?

Depuis plus de 80 ans, au quotidien et avec attention, le Bleuet de France, symbole national de Mémoire et de Solidarité, vient en aide aux anciens combattants et à leurs jeunes frères d’armes, à leurs femmes, enfants et familles en cas de blessure ou de décès ainsi qu’aux victimes d’attentats.

Aujourd’hui plus que jamais, donner au Bleuet de France, c’est aider ceux qui restent….

 

Nouvelle campagne, nouvelle image pour le Bleuet de France

A travers une nouvelle campagne publicitaire et un nouveau slogan, « Aidons ceux qui restent », l’Œuvre Nationale du Bleuet de France souhaite mobiliser les collecteurs comme les donateurs aux multiples actions sociales qu’elle mène.

La stratégie de cette nouvelle campagne repose sur l’image et le témoignage de vrais bénéficiaires de l’action sociale du Bleuet de France : anciens combattants, veuves de guerre, pupilles de la Nation, soldats blessés en opération de maintien de la paix, victimes du terrorisme…

Témoins réels, bénéficiaires directs, ces enfants, ces femmes et ces hommes deviennent aujourd’hui des ambassadeurs du Bleuet de Franceet crédibilisent l’action menée sur le terrain par l’Œuvre auprès des personnes en difficultés.

Et si vous souteniez le Bleuet de France ?

Vous pouvez envoyer un don à l’Œuvre Nationale du Bleuet de France ; organiser une collecte dans votre ville, votre régiment ; devenir bénévole ou tout simplement en parler autour de vous…

Merci de votre aide précieuse !

 

Sur 100€ collectés pour le Bleuet,
- 58€ reviennent aux personnes ressortissantes de l’ONAC en difficulté,
- 25€ permettent d’organiser des manifestations de mémoire
- et les 17€ restants sont consacrés à l’organisation des collectes.
Les fonds collectés sont strictement contrôlés par une commission paritaire nationale sous l’égide de la Cour des Comptes.  
 
La gestion du réseau de solidarité se déroule en plusieurs étapes : 
- les 100 services départementaux de l’ONACVG organisent la collecte sur le terrain,
- les collecteurs bénévoles récoltent les dons qui sont reversés aux service départementaux,
- le collège du Bleuet de France, commission paritaire réunissant associations et représentants de l’Etat, veille au bon déroulement de la collecte et de la transmission des fonds sous le contrôle de la Cour des Comptes,
- l’ONACVG assure enfin la répartition des fonds.

Publié dans Infos | Pas de Commentaire »

MALI, chronique d’une guerre !

Posté par administrateur le 25 décembre 2014

Pourquoi la France intervient-elle au Mali ?

La France a déclaré la  »guerre contre le terrorisme », en lançant le vendredi 11 janvier 2013 une intervention armée au Mali. La décision d’intervenir a été prise à la suite d’une offensive coordonnée des islamistes armés alliés à Al-Qaida au Maghreb islamique (AQMI) sur Kona, verrou entre le nord et le sud malien. Le nord du Mali, région en majorité désertique, est depuis fin juin 2012 sous contrôle total de ces groupes armés, qui prônent une application rigoriste de la charia (loi islamique). L’intervention française vise notamment à stopper leur progression vers le sud et notamment Bamako, la capitale.

La France intervient dans l’urgence pour les deux raisons suivantes : il y a eu une descente des groupes djihadistes sur le sud dont l’objectif était la conquête de la ville Sévaré qui se trouve au sud de la ligne de front. Or à Sévaré, il y aucun aéroport international. Si Sévaré tombait entre les mains des djihadistes, il y aurait eu impossibilité pour les militaires maliens et éventuellement les militaires de la CDAO de débarquer à Sévaré pour reconquérir le nord.

Sévaré prise, on pouvait penser que Bamako aurait aussi été prise par les groupes armées djihadistes. Si tel avait été le cas, dans ces conditions, le Mali basculait sur un Etat de type salafiste. Et les conséquences auraient été extrêmement graves. C’est le premier élément du contexte sur le plan militaire.

Sur le plan politique, c’est le président par intérim de la République malienne, le professeur Dioncounda Traoré qui a sollicité l’intervention militaire de la France auprès du président François Hollande. Pour justement stopper l’avancée des djihadistes.

En troisième lieu, cette intervention se fait aussi dans le cadre de la résolution 2 085 de l’ONU. En terme de légitimité internationale, et de légalité par rapport à la Constitution française, ces deux éléments ont été respectés.

Quels sont les enjeux stratégiques majeurs que présente le Mali

Les enjeux sur les ressources extractives, à savoir notamment le pétrole et le gaz sur le site de Taoudenni qui se trouve à cheval sur trois pays, Mauritanie, Mali et Algérie. Ensuite, l’uranium puisqu’il en a été découvert dans l’Adar des Iforas. Mais ces trois ressources extractives ne sont pas encore en état d’exploitation. En revanche, le Mali est le troisième producteur d’or sur le continent africain. Ce sont là les enjeux géostratégiques.

S’il y avait implosion du Mali par la prise du pouvoir central par les groupes armés djihadistes, il y aurait nécessairement des conséquences négatives sur l’ensemble des pays de la sous-région.

imgscan-contrepoints-2013361-Mali-1024x925

 

Publié dans Infos | Pas de Commentaire »

PROJET DE LOI

Posté par administrateur le 15 octobre 2014

 

Attribution de la carte du combattant aux militaires ayant servi quatre mois ou plus en opérations extérieures

I. – Le quatrième alinéa de l’article L.253 bis du code des pensions militaires d’invalidité et des victimes de la guerre, est remplacé par les deux alinéas suivants :

« Les personnes civiles qui, en vertu des décisions des autorités françaises, ont participé aux opérations au sein d’unités françaises,

« qui ont pris part à des actions de feu ou de combat au cours de ces opérations. ».

II. – Au premier alinéa de l’article L.253 ter du code des pensions militaires d’invalidité et des victimes de la guerre, les mots : « possédant la nationalité française à la date de présentation de leur demande » sont supprimés.

III. – Après le deuxième alinéa de l’article L.253 ter du code des pensions militaires d’invalidité et des victimes de la guerre, il est inséré un alinéa ainsi rédigé :

« Une durée d’au moins quatre mois de service effectuée au titre des conflits, opérations ou missions mentionnés à l’alinéa précédent est reconnue équivalente à la participation aux actions de feu ou de combat prévue au cinquième alinéa de l’article L.253 bis ».

IV. – Le III du présent article entre en vigueur à compter du 1er octobre 2015.

Exposé des motifs :

Le présent article permet d’attribuer la carte du combattant aux militaires ayant servi en opération extérieure (OPEX) durant au moins 4 mois. Cette mesure vise ainsi à témoigner la reconnaissance de la Nation à l’égard des anciens combattants.

A l’occasion de cette modification de l’article L.253 ter du Code des pensions militaires d’invalidité et des victimes de la guerre, les conditions de nationalité figurant aux articles L.253 ter et L.253 bis sont supprimées.

http://www.juritravail.com/codes/code-pensions-militaires-invalidite-victimes-guerre/article/L253%20bis.html

 

 

Publié dans Infos | Pas de Commentaire »

GUIDE DES DROITS DES COMBATTANTS

Posté par administrateur le 22 septembre 2014

fichier pdf 140921 GUIDE DES DROITS DES COMBATTANTS

Publié dans Infos | Pas de Commentaire »

Carte du combattant

Posté par administrateur le 29 juillet 2012

Arrêté du 28 juin 2012 modifiant l’arrêté du 12 janvier 1994 fixant la liste des opérations ouvrant droit au bénéfice de la carte du combattant au titre de l’article L. 253 ter du code des pensions militaires d’invalidité et des victimes de la guerre.

http://www.legifrance.gouv.fr/affichTexte.do?cidTexte=JORFTEXT000026223263&dateTexte&categorieLien=id

 

 

ARRÊTÉ fixant, pour l’armée de terre et la gendarmerie nationale, la liste des unités et le relevé des actions de feu et de combat à prendre en considération pour l’attribution de la carte du combattant au titre des opérations menées en Afghanistan, pays et eaux avoisinants, à compter du 3 octobre 2001 et jusqu’au 31 décembre 2012.

 

http://www.boc.sga.defense.gouv.fr/pdf/2013/2013_044_p_defs1351506a_85464.pdf

 

Publié dans Infos | Pas de Commentaire »

Revalorisation de la retraite du combattant

Posté par administrateur le 15 juin 2011

Un arrêté du 19 avril 2011 a porté à 13,85 euros la valeur du point d’indice servant au calcul du montant des pensions militaires d’invalidité, de la carte du combattant et du plafond majorable des rentes mutualistes ancien combattant.

Cette augmentation a pris effet le 1er octobre 2010 et tous les intéressés toucheront un rappel lors de leur prochaine échéance. La retraite du combattant s’élève donc à 595,55 euros par an, soit 297,775 euros à l’échéance semestrielle de règlement.

Pour percevoir cette retraite, il faut avoir plus de 65 ans, être possesseur de la carte du combattant et avoir fait demande de cette retraite.

Cette carte du combattant, comme le Titre de reconnaissance de la nation, permet également de se constituer une rente mutualiste ancien combattant subventionnée par l’Etat (de 12,5 % à 60 %) dont les versements sont déductibles du revenu imposable et le capital – selon les options – reversé sans droit de succession au bénéficiaire désigné, lors du décès du rentier mutualiste.

Publié dans Infos | Pas de Commentaire »

Le site de l’UNACITA MARSEILLE est né

Posté par administrateur le 16 février 2011

 Le site de l'UNACITA MARSEILLE est né dans Infos blasonpaca

La section UNACITA MARSEILLE a créé un site de l’UNACITA région PACA.

Nous lui souhaitons de nombreux visiteurs.

http://unacita.marseille.free.fr/preface/index.html

logouna dans Infos

Publié dans Infos | Pas de Commentaire »

Aux Anciens Combattants des OPEX

Posté par administrateur le 8 novembre 2010

Hubert Falco, secrétaire d’État à la Défense, a accordé une interview à Jean Guisnel – Le Point.fr. 

Question : La France va reconnaître prochainement la qualité d’anciens combattants à tous les soldats ayant servi en opérations extérieures (Opex). Pourquoi cette mesure ? 

Hubert Falco : Elle était réclamée depuis vingt ans ! Jusqu’à présent, les critères permettant d’obtenir la qualification de combattant exigeaient que le soldat concerné ait été directement confronté à un ennemi, les armes à la main.

C’était sûrement valable pour celle que nous appelons la « première génération du feu » qui a combattu durant la Première Guerre mondiale, pour la seconde qui a connu la Deuxième Guerre mondiale et pour la troisième qui a vécu les conflits indochinois et algérien.

Aujourd’hui, on est entré dans une nouvelle définition de la génération du feu : nos soldats sont des soldats de la paix. Ils combattent, mais sur les territoires sur lesquels ils sont engagés, ils ont aussi à conduire des missions de surveillance ou de maintien de la paix.

Nous avons aujourd’hui 10.000 militaires en Opex. Ils ne se battent pas en permanence contre l’ennemi. En Afghanistan, au Liban ou ailleurs, ils maintiennent la vigilance, ils luttent contre le terrorisme. À terre ou en mer, ces soldats sont des combattants au même titre que ceux des guerres mondiales. 

Qu’est-ce qui a motivé votre décision ? 

Nous devions réparer des injustices. Par exemple, tous nos militaires ayant participé à la guerre du Golfe lors de l’opération Daguet (1990-1991) n’étaient pas reconnus comme des combattants. Dorénavant, ils pourront tous bénéficier de la carte du combattant, à la condition qu’ils en fassent la demande.

Ils recevront donc la retraite du combattant à partir de 65 ans. Ce n’est pas une somme extraordinaire puisqu’il s’agit de 589,95 euros par an. Mais elle n’est pas symbolique, et 50 euros par mois, ce n’est pas rien.

Avec la carte de combattant, ils peuvent bénéficier des maisons de retraite et de toute l’action sociale de l’Onac (Office national des anciens combattants). Mais ils attendaient surtout la reconnaissance de leur statut, et c’est bien normal.

Ces hommes et femmes valeureux se sont battus pour le drapeau, se sont engagés pour des valeurs. Ils sont susceptibles de mourir pour elles, il est juste de les reconnaître pour ce qu’ils sont : des anciens combattants. Ils sont 75.000 dans cette situation, et disposeront de la carte d’ancien combattant s’ils ont participé à une Opex pendant quatre-vingt-dix jours. 

Quel est le calendrier de mise en place ? 

Le décret est déjà passé par le Conseil d’État. Le ministre de la Défense Hervé Morin et moi-même l’avons paraphé et il se trouve aujourd’hui à la signature du ministre du Budget François Baroin.

Je dois souligner qu’il m’a vivement soutenu et que la publication au Journal Officiel interviendra dans les jours qui viennent. Les services historiques de la Défense seront ensuite garants de l’objectivité des attributions. 

Source : Défense Ouverte 

Publié dans Infos | Pas de Commentaire »

OPERATION BRIOCHES (2010)

Posté par administrateur le 9 octobre 2010

OPERATION BRIOCHES (2010) dans Infos operationbrioche 

Cette année encore, les membres de la section UNACITA d’Istres ont participé à l’opération brioches au profit de l’association « La Chrysalide » et en faveur de l’aide aux handicapés mentaux.

Grâce au dévouement des membres de notre section, cette journée fut une réussite totale et le stock de brioches était écoulé avant 16h00.

imgp5222 dans Infos

Publié dans Infos | Pas de Commentaire »

Du nouveau pour les pensions d’invalidité

Posté par administrateur le 13 mars 2010

Cliquez sur le lien ci-dessous

 

http://unacitaistres.unblog.fr/files/2010/03/img234.pdf » class= »attachmentlink »>img234.pdf

Publié dans Infos | Pas de Commentaire »

Pourquoi suis-je français ?

Posté par administrateur le 28 décembre 2009

Pourquoi suis-je français ?  dans Infos 09263059 

Je suis français parce que je suis de nationalité française. Que ma nationalité soit d’origine ou acquise, peu importe, pourvu que je me reconnaisse fils d’une nation, c’est-à-dire d’un ensemble d’humains unis par une communauté de territoire, de langue, de traditions et d’aspirations.

Le territoire, c’est ma maison ; la langue en est la clé ; les traditions en sont les fondations ; les aspirations sont les portes et les fenêtres. Le tout, c’est mon présent. C’est ce présent localisable, parlant, historique et prospectif que j’incarne quand je me déclare français.

 Mon identité est donc plus que ma carte d’identité : c’est un vouloir être qui m’oblige à réagir contre ceux qui ne veulent pas de la France alors même qu’ils y vivent ou qu’ils en vivent.
 
Mon identité est une action ! L’Histoire qui me porte est aussi l’Histoire que je porte dans un sentiment permanent d’autodéfense. 

 Mon identité est un silence intérieur capable de colères. L’actuel débat sur l’identité nationale corrobore cette évidence. La France gronde en moi comme en chaque Français qui aspire à rester français, car l’actuelle identité de la France est en train de changer l’identité des Français !

Les Français en ont assez, en effet, de vivre au quotidien l’altération de leur être. Etre français, c’est donc être hostile à ceux qui sont hostiles aux lois françaises, à commencer par celles qui sont perçues comme lois du pays d’accueil.

Je suis français parce que je dénonce la « nouvelle France » !

Je suis français parce que je suis révolté d’entendre, sur mon sol, des manifestants hurler des slogans antisémites ou soutenir les terroristes du Proche-Orient. 

Je suis français parce que je ne supporte pas que des drapeaux étrangers ou des banderoles francophobes soient brandis agressivement lors de rencontres sportives ou dans des manifestations de rue.

Je suis français parce que je ne tolère plus les personnes qui, sous le couvert de nos lois, font le lit de leur culture en défaisant celui de la République.

Je suis français parce que je ne veux plus de ces prêcheurs qui, au nom d’une religion, tiennent des discours anti-occidentaux.
 
Je suis français parce que je n’apprécie pas du tout qu’il y ait dans nos banlieues des hommes et des femmes pour voir en Ben Laden un saint ou un héros. 

Je suis français parce que je n’ai plus la sollicitude que j’avais naguère pour les « sans-papiers » et autres hors-la-loi qui squattent nos églises et méprisent nos droits en exigeant des droits différentiels.

Je suis français parce que je n’accepte plus que des élèves ordonnent qu’on réécrive les cours d’Histoire au seul motif que l’enseignant leur présenterait une vision exclusivement judéo-chrétienne du monde.
 
Je suis français parce que je ne comprends plus que des étudiants musulmans récusent la mixité, les enseignantes, les enseignants non musulmans, la pensée déiste, encyclopédiste, athée, les Lumières, les cours de littérature, de philosophie, de physique, de biologie, de sport, en un mot tout ce qui gêne leurs convictions célestes.

Je suis français parce que je suis excédé de ne plus pouvoir mettre, à Noël, une crèche dans une vitrine ou un sapin dans une école sans déclencher une commission d’enquête.

Je suis français quand des rappeurs veulent « niquer la France », quand Houria Bouteldja traite mes compatriotes de « souchiens », quand je dénonce l’islamisation de mon pays comme des pays européens, quand je plaide pour une Europe laïque et féministe, quand j’admire Malek Boutih, Malika Sorel, Hamid Zanaz, Kébir Jbil, Pascal Hilout, Sihem Habchi, Abdennour Bidar… tous issus de l’immigration et tous honneur de la France par leur engagement authentique en faveur des valeurs républicaines.
 
Je suis Français quand je soutiens les Droits de l’Homme, quand j’en appelle à l’universel par la femme qui est l’Homme et par l’Homme, qui ne vaut que par l’Universel. 

Je suis français plus que jamais quand, au nom de cet Universel, je pense aux Français qui ont donné leur vie non seulement pour que je n’aie pas à donner la mienne, mais encore pour que je puisse vivre les valeurs qui les ont tenus debout quand tout s’écroulait autour d’eux. 

Ces valeurs ne doivent pas être noyées dans je ne sais quelle honte nationale : c’est par elles et pour elles que je suis ce que je suis.

Je suis français par résistance !

 

Publié dans Infos | Pas de Commentaire »

12
 

Christ Gloire des Nations |
Sur la route de Lawspet |
"Cercle de l'Amit... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | COS toujours...
| livr'ados
| Association des Personnes O...